La façon dont la bière a été découverte/inventée est un mystère préhistorique qui remonte à une époque bien antérieure à celle où les humains consignaient leurs expériences. Les fruits fermentent souvent naturellement grâce à l’action de la levure sauvage, et les mélanges alcoolisés qui en résultent sont souvent recherchés et appréciés par les animaux. Dans diverses régions, à partir du néolithique, les hommes préadolescents ont certainement recherché de la même manière ces fruits en fermentation et ont probablement même récolté des fruits sauvages dans l’espoir qu’ils auraient un effet physique intéressant (c’est-à-dire qu’ils seraient enivrants) s’ils étaient laissés à l’air libre.

Le problème de la conception de la bière comme ayant des origines similaires est que, contrairement aux fruits qui contiennent déjà les sucres et l’eau nécessaires et n’ont besoin que du contact de la levure pour la fermentation, les amidons et les sucres insolubles des céréales (c’est-à-dire les polymères) doivent être transformés en amidons et sucres solubles, principalement le maltose mais aussi le dextrose (c’est-à-dire les monomères), par l’action d’enzymes. Sans ce processus de conversion, on obtiendrait un produit à très faible teneur en alcool en raison de la faible quantité de sucre fermentable que l’on trouve dans les céréales non transformées. La principale méthode de transformation des céréales en bière est le maltage, qui utilise l’enzyme diastase, ainsi que d’autres enzymes formées à partir des céréales germées. Pour une conversion complète, l’étape supplémentaire de brassage, c’est-à-dire le chauffage (mais non l’ébullition) du malt dans l’eau pendant un certain temps, est essentielle.

Il est prouvé que les Mésopotamiens (Moyen-Orient) produisaient une bière très similaire au « Lambic » belge il y a environ 5000 ans, tandis que les premières preuves de boissons fermentées viennent de Chine. Des tessons de poterie, recueillis dans un village néolithique connu sous le nom de Jiahu dans la province du Henan, au nord de la Chine, et analysés à l’aide de techniques modernes, ont révélé des traces de liquide alcoolisé datant d’entre 9000 et 7000 ans. Ces liquides étaient le résultat d’un mélange de boissons fermentées à base de raisins sauvages, d’aubépine, de riz et de miel. (McGovern et al, « Fermented Beverages ») Les origines de la bière en Europe remontent à l’Égypte ancienne. Il semble que les anciens Égyptiens aient enseigné aux Grecs et aux Romains comment fermenter le blé et la levure et ainsi produire le premier type de bière. (Bien que les preuves suggèrent que la bière a été découverte indépendamment par les Celtes et d’autres races d’Europe occidentale). Les Grecs et les Romains préféraient cependant le vin à la bière et, pendant longtemps, la bière a été considérée comme une boisson de second choix.

Le climat aussi, a déterminé comment et ce que l’on buvait avant l’avènement des avions, des trains et des automobiles, lorsque la nourriture et les boissons locales n’étaient pas seulement à la mode. Là où le raisin n’était pas aussi abondant, le vin devait être fabriqué à partir d’autres fruits ou même de céréales. Un climat assez modéré et des sols particulièrement favorables à la culture des céréales, associés à d’innombrables sources d’eau souterraines, font de la « ceinture européenne de la bière » une région idéale pour la production de bière. La « ceinture de la bière » comprend des régions où la bière est la boisson alcoolisée de choix depuis des temps immémoriaux : L’Irlande et le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne, l’Autriche, la Slovénie, la Bosnie et l’Albanie ; la majeure partie de la République tchèque, la Slovaquie, la Croatie, la Serbie et la Roumanie ; et d’importantes parties occidentales de la Pologne.

Le fait que ces sources d’eau minérale ont toutes leur propre caractère et goût distinctif a conduit au développement d’une énorme gamme de bières différentes à travers l’Europe. Par exemple, Dublin a une eau très dure, particulièrement bonne pour la fabrication de la stout, comme la Guinness. La Pilsen, en République tchèque, a une eau très douce, idéale pour la fabrication de la pils pâle, universellement connue sur le continent sous le nom de Pils. Les eaux de la Burton on Trent en Angleterre sont riches en gypse, ce qui les rend idéales pour la fabrication de la bière blonde. En outre, certaines régions sont particulièrement riches en levures sauvages aéroportées, qui ont été utilisées depuis les temps les plus reculés pour créer des bières sauvages dont le caractère provient non pas tant des ingrédients que de l’environnement de la brasserie (les vignerons appellent cela le « terroir »). Ceci est particulièrement important pour les styles de bière traditionnels de la Belgique, mais aussi utilisé par les brasseurs du monde entier pour créer des bières avec un style et un caractère propres à leur lieu.

À la fin du Moyen Âge, la bière était devenue l’une des boissons européennes les plus courantes et elle était consommée quotidiennement par toutes les classes sociales dans les régions du nord et de l’est de l’Europe où la culture du raisin était difficile, voire impossible. La perception de la bière comme étant inférieure au vin a changé de façon spectaculaire avec la chute de l’Empire romain. À l’époque médiévale, le processus de brassage de la bière a été perfectionné par les Celtes et les moines de l’Antiquité qui ont ajouté différents arômes ou ingrédients pour varier le goût de la bière au fur et à mesure de sa croissance. Il est largement admis que les bières commerciales qui sont brassées aujourd’hui à l’époque moderne sont originaires de l’Europe médiévale. Avec l’arrivée du christianisme, le brassage de la bière a connu un essor considérable, en grande partie parce que les moines ont joué un rôle important dans sa production. Les gens avaient souvent un approvisionnement en eau très douteux, et il y avait un risque constant de maladie. Dans ce cas, il n’était pas sûr de boire l’eau, alors on buvait de la bière à la place et en très grande quantité. Les moines menaient une vie plutôt frugale, en particulier pendant les périodes de jeûne, mais heureusement pour eux, la consommation de liquides ne rompait pas leur jeûne. La bière, bouillie et donc stérilisée, constituait également une source de nutriments. Une des règles était que les moines devaient fournir aux voyageurs quelque chose à manger et à boire. C’est ainsi qu’au Moyen Âge, les monastères devinrent partout des lieux de passage pour les voyageurs qui partageaient la nourriture souvent maigre des moines et surtout leurs bières robustes et nourrissantes. En Flandre occidentale, un verre de bière est encore appelé « gloazen stutjes »… traduit par « un sandwich dans un verre ». La pratique a évolué et les moines ont finalement commencé à vendre la bière dans ce qui ressemblait à des pubs médiévaux.

La méthode de base pour fabriquer de la bière consiste à faire bouillir de l’orge maltée avec de l’eau et à la laisser fermenter.

Parfois, des levures naturelles flottant dans l’air font le travail vital, mais en général, la levure est là pour aider à faire avancer les choses. Le mélange qui en résultait était généralement aromatisé avec des mélanges de diverses herbes. L’un des problèmes des débuts du brassage était que la bière ne se conservait pas bien ; elle se gâtait rapidement et ne pouvait donc pas être transportée sur de longues distances, ni même voyager de ville en ville. Il était possible de remédier à ce problème en augmentant la teneur en alcool, mais cela coûtait cher. Au IXe siècle, on a découvert que la bière pouvait être aromatisée avec du houblon, mais il était difficile de trouver la bonne recette et il a fallu attendre le XIIIe siècle pour que le processus soit complètement au point. Lorsque les Allemands ont découvert que la bière houblonnée durait plus longtemps, ils ont introduit des fûts de taille standard et ont commencé à exporter de la bière. Grâce à ces progrès technologiques, la bière n’était plus une industrie artisanale à petite échelle. Il fallait jusqu’à 10 artisans qualifiés et spécialisés pour gérer une brasserie allemande. Au 14e siècle, ce type d’activité s’était répandu en Hollande et en Flandre.

Au XIXe siècle, les découvertes et les améliorations technologiques telles que l’introduction de la réfrigération et le développement des techniques de pasteurisation ont considérablement modifié le brassage de la bière. En contrôlant le processus de brassage, l’environnement, le type de fermentation et le type de culture de la levure, les brasseurs ont pu obtenir un produit « standardisé », ce qui n’était pas possible auparavant, offrant ainsi de meilleures possibilités de production et de consommation de masse ainsi que de conditionnement et de distribution à grande échelle. Entre la première et la deuxième guerre mondiale, la production et la consommation de bière ont été fortement affectées. L’effort de guerre a entraîné une grande pénurie d’approvisionnement pour les brasseurs, qui ont dû faire face à la hausse des prix des céréales combinée à une pénurie générale de matières premières. Les gouvernements ont promulgué des lois visant à limiter la distribution et la consommation de boissons alcoolisées, poussant les grands brasseurs à se diversifier dans des produits de substitution tels que les boissons non alcoolisées, et les petits producteurs à cesser leurs activités. Ces développements ont conduit l’industrie sur une voie où une grande partie de la production moderne de bière est maintenant dominée par une poignée de sociétés multinationales.

Les effets de la concentration sur le marché ont commencé à être les plus importants au cours des années 1970 et 1980.

Un certain nombre de conglomérats mondiaux ont vu le jour à la suite d’une série de grandes acquisitions et de fusions. Toutefois, ces derniers temps, on a assisté à une augmentation du nombre de micro-brasseries et de brasseries artisanales presque partout dans le monde. Les tendances en Europe montrent l’émergence de plusieurs milliers de petits producteurs. Les coûts d’installation sont assez faibles et les processus de concentration importants dans l’industrie brassicole ont laissé de la place à de nouveaux entrants et créé des conditions pour des marchés de niche. Les politiques de soutien aux petits entrepreneurs, telles que les allégements tarifaires et les subventions financières accordées par les autorités locales, ainsi que le niveau de sophistication accru des goûts des consommateurs (plus enclins à essayer des produits qualitativement différents) ont tous contribué à la croissance.

Comme au comme au Casino en Ligne ayant des coûts fixes moins élevés et donc moins dépendants des économies d’échelle, les micro-brasseurs ont été plus aptes à répondre à l’évolution des goûts des consommateurs. En outre, comme ils approvisionnent un marché plus exigeant, les brasseurs artisanaux peuvent se permettre d’être plus audacieux dans les styles de bière qu’ils produisent, ce qui a accru leur compétitivité, même s’ils vendent à des prix plus élevés. La croissance des micro-brasseurs témoigne de l’esprit d’entreprise croissant dans ce secteur.